mardi 21 juin 2016

Soutien surprise

Nous avons une nouvelle fois le plaisir de vous convier au "21", pour une petite soirée de soutien au local. Une petite surprise vous y attendra, nous ne pouvons pas vous en dire plus mais nous comptons sur votre présence.

Alors rendez-vous le jeudi 30 juin, à partir de 19h00 au 21 rue Maillé !

Tu viens ou tu crains !

ps > photo énigmatique non-contractuelle.

mardi 22 mars 2016

Charles Martel et la bataille de Poitiers.

 

La librairie Les Nuits Bleues a le plaisir de vous convier à sa prochaine conférence : lundi 18 avril 2016, à 18h, amphi G de l'UF de Sciences-humaines, bd. Lavoisier à Angers.

Nous allons accueillir William Blanc et Christophe Naudin, les deux auteurs de l'ouvrage Charles Martel et la bataille de Poitiers, de l'histoire au mythe identitaire, paru aux éditions Libertalia.

La bataille de Poitiers, en 732 (ou 733), opposant les troupes arabo-berbères d’Abd al-Rahmân aux Francs de Charles Martel, est un événement de l’histoire de France peu à peu devenu mythe historiographique et enjeu de mémoire. Alors que le dernier livre véritablement consacré à la question date de 1966, les années 2000 ont vu l’apparition d’un nombre croissant de publications souvent écrites sans distance ni mesure. Au même moment, la commémoration de l’événement est devenue l’objet d’utilisations politiques par l’extrême droite occidentale, phénomène qui a culminé en France avec l’occupation, en octobre 2012, du chantier de la mosquée de Poitiers par le groupe Génération Identitaire, puis par la propagation, en janvier 2015, du slogan « Je suis Charlie Martel », à la suite du massacre de Charlie Hebdo.
Alors que les mémoires s’enflamment, cet ouvrage inédit propose de revenir tout d’abord à l’histoire mal connue de la bataille en la resituant dans le contexte large des relations entre le monde franc et l’empire islamique. Puis d’analyser, en deuxième partie, les échos successifs rencontrés par le souvenir de la bataille au Moyen Âge, à l’époque moderne, auprès des philosophes des Lumières et des romantiques, dans les écoles de la IIIe et de la IVe République et au sein de la culture populaire. Une attention particulière est portée à l’actualité récente du mythe de Poitiers, notamment au sein des extrêmes droites française et européenne.

Les auteurs

William Blanc (né en 1976) est doctorant en histoire médiévale. Il collabore au magazine Histoire et images médiévales et a coécrit Les Historiens de garde (Inculte, 2013) avec Christophe Naudin et Aurore Chery.
Christophe Naudin (né en 1975) est professeur d’histoire-géographie. Il a étudié l’histoire de la Méditerranée médiévale à Paris-I et collabore au site « Histoire pour tous ». Il est l’un des auteurs des Historiens de garde (Inculte, 2013).

dimanche 31 janvier 2016

Droit au cœur

Les progrès des travaux d'extension du 21 sont notables. Ce qui était il y a peu un trou à rats se mue doucement mais sûrement en une pièce agréable et fonctionnelle. Nous venons tout juste de terminer le gros des travaux de peinture. Prochaine étape : le sol qui devrait être achevé d'ici la fin de la semaine. Il restera de menus travaux de menuiserie, la décoration et l'installation du mobilier. Avec un peu de chance et de détermination, l'inauguration est donc imminente. Peut-être même pour le samedi 13 février ?

En effet, les amis de Cyclo-Geek testent actuellement un nouvel entresort nommé Vélodrôle. Juché-e-s sur de superbes vélos d'appartements vous vous affronterez en combat singulier lors d'un sprint aussi court que votre souffle. La soirée est en soutien au local. On compte sur votre présence samedi 13 février à partir de 19h30 ! Faites tourner l'info.

Encore merci à tou-te-s nos généreu-x/ses donat-eurs/rices, que ce soit les individu-e-s ou les organisations et syndicats. Votre soutien, avant d'aller dans les poches de Leroy-Merlin, nous va droit au cœur !

lundi 11 janvier 2016

« Résistances et révolution au Kurdistan », le 16 janvier à l'étincelle

Réunion publique

Samedi 16 janvier 20 heures 30
à l'étincelle (26 rue maillé - Angers)


Alors que le combat contre Daech est aujourd’hui au cœur de toutes les discussions politiques, Alternative libertaire Angers organise avec la librairie associative et militante Les Nuits Bleues et le lieu associatif Le 21 une soirée d’échange sur le processus en cours au Kurdistan syrien et turc.

Nous considérons qu’il n’y a aucune solution purement militaire au défi lancé par Daech et ce ne sont pas les bombardements de belligérants étrangers qui peuvent réellement résoudre le problème.

La solution, pour éradiquer Daech, c’est non seulement de permettre aux unités combattantes locales, et en premier lieu les kurdes, de mettre en déroute les troupes djihadistes mais également de soutenir le projet de reconstruction socialiste et démocratique mis en œuvre au Kurdistan syrien.

En effet depuis 2 ans, un processus révolutionnaire a cours au Kurdistan syrien et turc. Retours sur cette expérience démocratique et progressiste inédite dans la région.

En présence de Cem Akbalik, socialiste libertaire kurde.




vendredi 18 décembre 2015

We need encore you !




L'agrandissement du 21, ça fait déjà un moment qu'on vous bassine avec ça. Des articles on en a déjà écrits tout plein là-dessus. Pour vous faire part de notre projet et lancer un appel aux dons. Pour vous informer d'un concert de soutien organisé à l'étincelle. On a commencé à faire des blagues en se disant que le chantier allait bien se dérouler. On était très fiers et fières de vous montrer des photos de notre chantier qui avançait d'un pas aérien. L'heure du premier bilan avait sonné et il fallait en venir à l'évidence, nous avions pris du retard et l'immeuble qui nous accueille n'est pas d'une première jeunesse. Première prise de conscience. Pendant notre chute vertigineuse nous avions toujours ces moments d'insouciances, que les médecins appellent « lune de miel » pour les plus ramollis de la caisse. Notre pragmatisme nous a souvent rattrapé au grand galop, nous forçant à adopter l'attitude du propriétaire de chevaux qui attend fébrilement des nouvelles de Flocon du mistral de l'A12 son fier pur-sang qui passe sur le billard pour une sombre histoire de sabot incarné. À ce moment chaque avancée, même minime, devenait une grande victoire. Et on a toujours réussi à se rassurer en se disant qu'à côté de nous, y'en avait qui en chiait des ronds de serviettes dans leurs chantiers, et que finalement on était presque doué-e-s dans l'art des travaux.

Mais cette mise en perspective historique de l'avancée de nos travaux ne doit pas cacher l'essentiel du message que nous souhaitons vous adresser aujourd'hui.
Nous avons encore besoin de vous pour boucler le budget de notre chantier. On le sait, on est chiant-e-s à toujours demander du fric. Croyez-le sincèrement, si on avait les moyens de se passer de vous on le ferait avec grand plaisir ! On essaie tant que faire se peut d'autofinancer le chantier (dons de matériaux, investissement des différentes structures du 21, participation généreuse de travailleurs du bâtiment, etc.). Il ne nous manque que 1000 ou 2000€ pour boucler notre budget et permettre l'utilisation optimale de cette nouvelle salle. Nous n'avons jamais été aussi proches du but !

Vous pouvez donc toujours envoyer vos dons au 21 rue Maillé, à l'ordre d'Eclipse.
Qu'on se le dise ces dons ne seront pas déductibles des impôts et ne vous offrirons pas une petite parcelle de paradis.



mercredi 18 novembre 2015

Dangers Chroniques


C'est le titre d'un tout jeune journal local de critique sociale. A l'occasion de la sortie du deuxième numéro nous vous convions à un petit apéro au "21". Venez donc découvrir le canard et boire un petit coup à 19h ce vendredi 20 novembre.

mercredi 11 novembre 2015

21 vs. Musée de l'Homme

Il aura fallu un peu plus de six années de travaux pour que le Musée de l'Homme rouvre ses portes. Au 21 nous en déduisons qu'il ne doit pas être bien grand leur boui boui. Ben oui, comparé à notre agrandissement de 20 m2 sur lesquels nous suons sang et eau depuis un an et demi on se dit qu'au pire du pire le musée doit faire dans les 100 m2. Elémentaire mon cher Watson.

N'empêche que nos travaux viennent de franchir un cap non-négligeable. Le "placo" a été posé et la réfection du plafond est presque terminée. Une première session de peinture est prévue. Idem pour l'electricité dont les câbles ont été tirés depuis le compteur. Le dernier gros morceau concernera le sol.

Nous avançons donc à grands pas. Comme il se doit notre seul souci concerne l'argent. Les dons sont toujours les bienvenus, n'hésitez-pas !

ps : Nous posterons bientôt des photos.

lundi 31 août 2015

Concerts et expos autour du mouvement révolutionnaire Angevin

En septembre auront lieu des activités autour du mouvement révolutionnaire angevin  organisées par https://revolutionnairesangevins.wordpress.com/ .

Au programme:

    ///Concert le samedi 26 à 20h30: Le collectif "Les Ardoisieres en Anjou" propose des chants militants, des complaintes de fendeurs, rouliers, mineurs et autres  airs de migrants. Le tout interprété par une douzaine de musiciens et de chanteurs.

    ///dimanche 27 septembre: 15h/ L'Etincelle:      Rencontre / discussion autour de l'histoire du mouvement libertaire.

    /// Et pendant tout le mois:
Exposition d'affiches, tracts et photos autour du mouvement ouvrier révolutionnaire angevin, en particulier anarchiste, des années 1890 à la fin des années 1930.

mardi 18 août 2015

La fin de l'âge d'or noir > Annulé !

Nous venons d'apprendre que Matthieu Auzanneau s'est blessé et ne pourra pas assurer la réunion de septembre. Nous en sommes désolé-e-s et nous nous organisons pour que ce ne soit que partie remise... On vous tient au courant. Nous souhaitons surtout une bonne convalescence à Matthieu Auzanneau !

Roulement de tambour ! Voici le flyer vous invitant à la rencontre co-organisée par La Tête dans le Guidon, Les Nuits Bleues et La Maison de Quartier Le Trois-Mâts. Il s'agira d'une soirée autour du livre Or Noir, La Grande histoire du pétrole, paru cette année aux éditions de La Découverte. L'auteur, Matthieu Auzanneau (journaliste spécialiste des questions à la croisée de l'économie et de l'écologie et animateur du blog Oil man, chroniques du début de la fin du pétrole, publié par Le Monde) présentera l'ouvrage et répondra ensuite à nos questions.

Voici le texte de présentation, en quatrième de couverture de l'ouvrage :
Depuis les premiers puits désormais à sec jusqu’à la quête frénétique d’un après-pétrole, du cartel secret des firmes anglo-saxonnes (les « Sept Soeurs ») jusqu’au pétrole de schiste, Or noir retrace l’irrésistible ascension de la plus puissante des industries.
Dans cette fresque passionnante, on croise les personnages centraux des cent dernières années – Churchill, Clemenceau, Roosevelt, Staline, Hitler, De Gaulle, Kissinger, sans oublier les présidents George Bush père et fils… –, mais aussi John Rockefeller, probablement l’homme le plus riche de tous les temps, ainsi que des personnalités moins connues ayant joué des rôles décisifs, tels Calouste Gulbenkian, Abdullah al-Tariki ou Marion King Hubbert. Ce livre éclaire d’un jour inattendu des événements cruciaux – l’émergence de l’URSS, la crise de 1929, les deux guerres mondiales, les chocs pétroliers, les guerres d’Irak, la crise de 2008, etc. –, bousculant au passage beaucoup de fausses certitudes. Le pétrole, notre source primordiale et tarissable de puissance, est présent à l’origine des plus grands déchaînements du siècle passé, comme du sucre versé sur une fourmilière.
Jusqu’à une date récente, l’emprise du pétrole s’oubliait ; elle allait tellement de soi. Croissance, climat, guerre, terrorisme : cette emprise ressurgit aujourd’hui à travers de gigantesques menaces. Or notre avenir dépend de celui que nous donnerons au pétrole, ou bien de celui qu’il nous imposera. La fin du pétrole, en tant que carburant de l’essor de l’humanité, devrait se produire bien avant que ce siècle ne s’achève. De gré ou de force. Et nul ne peut dire où cette fin va nous conduire...

Rendez-vous vendredi 18 septembre, à 20h30, à la Maison de Quartier Le Trois-Mâts, place des Justices à Angers.

Pour ceux et celles qui voudraient se procurer l'ouvrage, celui-ci est en réassort à la Libraire Les Nuits Bleues et devrait être disponible d'ici quelques jours !

lundi 13 juillet 2015

Finies les vacances?!

Dans la nuit du 10 au 11 juillet, entre 23h30 et 1h les fascistes* et autres militants d'extrême-droite ont une nouvelle fois frappé dans la rue Maillé**. Rappelons que cette rue atypique à Angers accueille depuis 1997 l'Étincelle, lieu militant et associatif autogéré, le squat le Sl[ï]p depuis 2008 et le 21 (librairie alternative et militante les Nuits Bleues et atelier de réparation de vélo La Tête dans le Guidon) depuis 2009.

C'est bien parce que nous sommes militant-e-s antifascistes et pour l'émancipation sociale que nous avons été une nouvelle fois la cible de ces tags d'extrême-droite (croix celtique, « anti-antifa », « good night left side »).

Mais l'agression de ces fachos ne s'arrête pas là. Nos voisin-e-s, les restos du coeur, ont une nouvelle fois été vandalisé-e-s avec une croix celtique taguée sur leur portail. Preuve, s'il en fallait, que ceux qui se présentent comme des représentants des classes populaires ne sont en réalité que des bourgeois qui ne prônent que la xénophobie et la haine de tout ce qui n'est pas friqué, blanc et catholique.

Une chose est sûre, nous ne courberons pas l'échine devant ces crapules d'extrême-droite. Nous restons des militant-e-s convaincu-e-s que le fascisme c'est la gangrène, on l'élimine ou on en crève.
¡No Pasaran !

L'Étincelle, le  Sl[ï]p, le 21
Samedi 11 juillet 2015


* En se définissant « anti-antifa » ils assument de manière décomplexée leur fascisme. Un autre de leur slogan est « Pasaran quand même »...
** Pour souvenir il y a déjà deux ans, dans la continuité des moblisations réactionnaires de la Manif pour Tous, L'Étincelle, le Sl[ï]p, le 21 et les Restos du coeur avaient déjà été tagués. Lire ici le communiqué du 21 : http://lesnuitsbleues.blogspot.fr/2013/06/nous-sommes-et-nous-le-resterons.html

vendredi 1 mai 2015

Votre argent ? Notre ciment !

 Les travaux d'agrandissement du "21" ont connu ces derniers jours un avancement fulgurant. La "porte-panique" pour l'issue de secours a été posée, la cloison séparant l'atelier de notre extension ouverte et hier, la chape a été coulée. En clair, à défaut de transformer le plomb en or, nous avons converti votre argent en ciment. Aujourd'hui repos : on oublie Lafarge et son ciment, on se consacre à la paresse de Lafargue.

Merci à tou-te-s les ami-e-s qui ont donné un coup de main et en particulier les gens "de métier" pour leur efficacité !

lundi 2 mars 2015

Femmes en lutte

La soirée est organisée par le collectif Émancipation, autour du livre Les femmes s'en vont en lutte. Histoire et mémoire du féminisme à Rennes (1965-1985) présenté par ses deux auteur-e-s Lydie Porée et Patricia Godard.

lundi 2 février 2015

Pharaonique


En entamant les démarches en vue d'agrandir de quelques mètres-carré le "21", nous ne nous doutions pas que cela prendrait tant de temps. Alors oui, "pharaonique" semble être un qualificatif adéquat pour qualifier les travaux en cours. Pas pour la connotation luxueuse du terme, plutôt pour le côté interminable.

En décembre notre plafond qui est aussi la terrasse d'un des locataires de l'immeuble a été étanchéifié. Cependant, toutes les jardinières qui entourent cette terrasse ont été laissées telles qu'elles étaient. C'est à dire poreuses. Sans grande surprise que nous avons constaté que l'eau qui s'infiltrait dans la future extension du local n'a fait que changer de chemin. Nous voici de retour à la cause "attente".

Dans les semaines qui viennent les jardinières qui vont être "chapeautées" - le devis a été accepté, nous venons de l'apprendre - et nous attendons patiemment pour reprendre l'avancement de ce qui sera immanquablement la huitième merveille du monde. Soyez donc assuré-e-s que les dons que vous nous avez faits seront mis à contribution pour un grand oeuvre qui restera dans les annales.


lundi 1 décembre 2014

En vrac

Quelques petites nouvelles en vrac de la vie du "21".

La collecte de fonds pour la résistance kurde au Rojava suit son cours. Nous avons d'ores et déjà effectué un premier envoi de 635 euros. Le "21" a tapé dans sa caisse de solidarité à hauteur de 405 euros. L'atelier vélo a contribué a hauteur de 64 euros, le restant représente les divers dons personnels mis dan sa cagnotte. Pour info, la caisse de solidarité était à l'origine plutôt destinée à être une caisse de grève. Les temps étant malheureusement plutôt calmes de ce côté et le front du Rojava ayant en grande urgence besoin de soutien, il nous a semblé évident que cet argent serait plus utile là-bas qu'à dormir ici. Donc, pour rappel la levée de fonds continue et une soirée sur ce thème est aussi en cours de préparation, probablement pour début 2015. En tous cas, merci pour eux/elles !

Bonne nouvelle : les travaux d'étanchéification du toit du futur agrandissement du local sont censés débuter ce mardi ! C'est l'entreprise elle-même qui nous a daigné nous prévenir de son arrivée imminente. Après avoir rongé notre frein, si tout va bien nous allons donc pouvoir avancer ! Nous espérons que cette nouvelle va rassurer celles et ceux qui pensaient que nous avions détourné vos dons en vue d'un enrichissement personnel !

lundi 17 novembre 2014

Des fonds pour la révolution kurde !

Les résistant-e-s, les réfugié-e-s, les familles des victimes ont besoin d’aide.



Le 21 (qui comprend la librairie Les Nuits Bleues, l'atelier de réparation de vélos La Tête dans le Guidon et la Tisanerie) et des individu-e-s s'associent à la levée de fonds initiée par des organisations libertaires au niveau national en solidarité avec le Kurdistan. Vous pouvez d'ores et déjà envoyer des dons au 21 rue maillé, 49100 Angers, (chèques à l'ordre d'Eclipse – mention au dos: « Solidarité Kurdistan »). Une caisse est également à votre disposition au local pour y déposer vous même les dons.

L’argent que vous enverrez transitera par des circuits sûrs, par l’intermédiaire des anarchistes de Turquie (DAF), en qui le PYD (Parti de l'Union Démocratique en Syrie) et les organisations kurdes ont toute confiance. Il finira par alimenter l’action des YPG-YPJ (Unités de Défense du Peuple), des maisons du peuple et des communes du Rojava.

Depuis bientôt deux mois, Kobanê est assiégée par les fanatiques de l’État islamique – Daech.

Depuis bientôt deux mois, Kobanê se bat pour la liberté, pour la démocratie, pour les droits des femmes, et ce malgré le double jeu du gouvernement turc.

Aujourd’hui, Kobanê est devenu le symbole de la résistance du Rojava, mais pas seulement.

Si Kobanê tombe, c’est aussi un modèle politique et social naissant qui sera menacé : celui de l’autonomie démocratique, édifiée au Rojava depuis le 19 juillet 2012.

C’est pourquoi la défense de Kobanê et du Rojava intéresse non seulement le peuple et la diaspora kurde, mais aussi toutes et tous les partisans de l’émancipation, les féministes, les anticolonialistes, les anti-étatistes et les anticapitalistes.

Alors que tout le monde, d’Ankara, à Washington, prédisait que la ville tomberait en une semaine, Kobanê n’est pas tombée. La résistance a tenu, et parce qu’elle a tenu, elle a obligé la coalition arabo-états-unienne à intervenir en sa faveur, en bombardant Daech et en livrant des armes.

Cette aide extérieure signifie-t-elle que les miliciennes et les miliciens kurdes sont devenus des supplétifs de l’impérialisme ?

Non, mille fois non.

Mais la vigilance est nécessaire.

Car qui peut croire que l’aide arabo-états-unienne est désintéressée ? Qui peut croire que des états-nations qui ont l’impérialisme gravé dans le sang agissent sans intérêt. Si la coalition ne souhaite pas la victoire de Daech, elle ne souhaite pas non plus la victoire du modèle politique et social que représente le Rojava.

D’où que vienne l’aide, la gauche kurde doit rester indépendante. Elle doit rester indépendante, et c’est à cette condition que le modèle du confédéralisme démocratique pourra représenter une alternative pour tout le Moyen-Orient.

Le renfort d’un bataillon de peshmergas d’Irak va dans le bon sens.

Mais ce qui est plus important encore, c’est de pouvoir recevoir l’aide des dizaines de milliers de jeunes gens, révolutionnaires, syndicalistes, anticolonialistes, libertaires qui ont manifesté en Turquie et dans le monde entier en soutien à Kobanê, et dont plusieurs centaines sont toujours bloqués à la frontière par l’armée turque.

Nous aimerions saluer encore une fois les miliciennes et les miliciens qui défendent Kobanê au péril de leur vie. Nous espérons que cette ville martyre sera le Stalingrad de Daech, la première défaite majeure qui brisera son moral, stoppera son expansion et préludera à sa déroute.

Et disons-le encore : Kobanê porte sur ses épaules la possibilité d’un autre futur. Un autre futur pour le Moyen-Orient. Mais en tant qu’Occidental, une dernière chose: la lutte est une culture, et sans culture de la lutte aucune révolution n’est possible.

Agissons maintenant pour :
la fourniture des armes demandées par la Résistance de Kobanê
l’ouverture de la frontière turco-syrienne à toutes les forces kurdes
le retrait du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK, de Turquie) de la liste des organisations terroristes de l’Union européenne
la reconnaissance des droits du peuple kurde à son autodétermination

Vive Kobanê libre, vive le Kurdistan libre, vive la révolution !

Pour info l'émission Mauvais Genre, sur les 101.5 de Radio G !, a diffusé en novembre une émission dont le sujet principal était la place des femmes dans la lutte du peuple kurde et notamment à Kobanê et dans le Rojava http://mauvaisgenre.noblogs.org/
Pour plus d'informations : http://rojavasolidarite.noblogs.org/

mardi 23 septembre 2014

On avance !

Bonne nouvelle, le toit de la pièce que nous retapons en vue de l'agrandissement du local va bientôt être refait. Notre propriétaire a donné son accord et les travaux sont censés être effectué au mois d'octobre. Si le plan se déroule sans accrocs, nous allons pouvoir reprendre les travaux cet automne et surtout au sec !

dimanche 14 septembre 2014

Patience


L'été tire à sa fin et il est temps de faire un petit bilan de notre projet d'agrandissement du "21". Comme le veut la tradition en matière de chantier, nous avons pris du retard. En effet, il est certains paramètres qui sont indépendants de notre volonté. En l'occurrence, notre plafond qui sert de terrasse aux locataires du dessus est aussi étanche que le Titanic. Qu'un orage advienne et nous prenons l'eau.

Pour faire les choses dans l'ordre, la prudence nous a poussé à stopper les travaux, histoire que nos efforts de rénovation ne soient pas vains. Nous avons fait appel à des professionnels et un devis est sur le point d'être adressé à notre propriétaire. Nous sommes donc dans l'attente d'une date de réfection de la terrasse qui sera vraisemblablement effectuée avant la fin de l'année. La balle n'est donc pas dans notre camp, nous prenons notre mal en patience. Dès que nous aurons un toit digne de ce nom au-dessus de nos têtes nous reprendrons les travaux et ferons bon usage des dons que vous nous avez adressé. On vous tient au jus et encore merci pour votre soutien et votre patience.

L'équipe du "21".

mardi 15 juillet 2014

Même pas mal !

De belles photos valant mieux que de longs discours voici en exclusivité quelques clichés de l'avancée des travaux dans notre désormais célèbre "pièce du fond". Le mur se monte tranquillement, les librairies sortent pour une fois leur doigts fins et soyeux d'intellectuels pour les tremper à pleine main dans le béton. Le résultat, espérons-le, sera à la hauteur.

Qu'on se le dise nous avons toujours besoin de vos dons (comme tout chantier qui se respecte nous avons toujours des besoins qui viennent s'ajouter, même si aujourd'hui nous avons frôlé l'arrêt total des travaux, mais, ne vous inquiétez pas, tout va bien!). Que ce soit pour être gentil avec nous, pour racheter une conscience (de classe), l'argent est toujours le bienvenu!




jeudi 10 juillet 2014

Aïe

Les travaux d'agrandissement du "21" ont commencé. Nous sommes déjà dans le dur. A tel point que que si les dires de l'employé de la chaîne qui nous fournit les matériaux s'étaient réellement déroulés, la joie aurait à jamais quitté le chantier.

Il est 8 heures, l'entrepôt ouvre tout juste ses portes. Nous venons récupérer notre commande de parpaing.

K. s'approche d'un employé avec notre bon de commande. La personne s'en saisit et téléphone a un collègue afin d'éclaircir quelques détails :
-Le client il a reçu un parpaing hier.
-Heu, SMS... C'est un SMS que j'ai reçu.

On est passés à deux doigts du traumatisme crânien.

Tout ça pour dire qu'on avance, que les dons affluent et qui si vous continuez comme ça on va boucler la totalité de notre budget prévisionnel ! Merci.

ps > Bientôt des photos, c'est promis !

dimanche 15 juin 2014

Ce soir c'est la fête


Des ami-e-s se sont gracieusement proposé-e-s pour organiser un concert de soutien au "21" pour financer nos travaux à venir. Alors voici une affiche presque exclusivement locale. Les intrus parisiens seront faciles à démasquer durant la soirée, vous les reconnaîtrez à leur teint grisâtre comparé aux bonnes joues des angevin-e-s élevé-e-s au grand air.

Alors, au menu, il y aura :
-Taenia Turner : Synth-noise. Le moment que je préfère lors de leurs concerts c'est la balance où on peut demander les morceaux de son choix de la Compagnie Créole/
-Mélasse Menäce : Hardcore-rapide-mais-qui-mériterait-que-le-guitariste-monte-le-volume-pour-s'imposer/Vallet (85)
-Better Off Dead : Punk-rock mélodique en patois angevino-sarthois/Angers-Coulaines the gang
-Morgue Pleine : Grindcore avec des paroles tellement philosophiques que personne n'en a jamais percé le sens profond/La Doutre-Belle-Beille-Lac de Maine represent
-Peur Panique : Thrashcore avec un bout de bibliothèque au chant/Paris
-Nanarflash44 : DJ variétés 80's le plus démagogue à l'ouest de l'Oural/Montcuq

Tout ça aura lieu le samedi 28 juin, à 20h00 tapantes, à L'Etincelle, 26 rue Maillé, Angers. L'entrée sera à prix à libre ce qui je le rappelle n'est pas synonyme d'une opération pièces jaunes, d'ailleurs Bernadette ne sera probablement pas présente.

Nous profitons de l'occasion pour remercier tou-te-s les généreu-x/ses donat-eurs/rices. Vous nous faites chaud au coeur !

mercredi 14 mai 2014

Des sous, Des thunes, Des caillasses, Du flouze, Du blé, De l’oseille,De la maille, Des biffetons, Du gras ! Deuxième épisode !

Voilà cinq belles années que le 21 rue maillé a ouvert ses portes à Angers. Dans une rue où l'alternative avait déjà planté ses graines depuis un bon moment (on pense aux copains-copines de l'Étincelle et du SL[Ï]P), nous avons voulu proposer un nouvel espace militant et alternatif. Notre lieu se voulait d’emblée différent en faisant cohabiter des espaces au monde apparemment bien étranger: une librairie, un atelier de réparations de vélos et un espace bar.

Trois espaces en un


Les Nuits Bleues, librairie militante et associative. Les Nuits Bleues est une librairie de Classe. Lieu unique sur Angers voire le grand Ouest, les membres qui la font vivre sont des militant-e-s syndicaux de diverses organisations, de groupes politiques, d’associations diverses.

la Tisanerie, espace bar pour se désaltérer ou s'injecter une dose de caféine 100% Zapatiste (ou pas selon les goûts et les obédiences caféistiques) et parfois quelques breuvages fermentés.

la Tête dans le Guidon, atelier de réparation de vélo où les petites reines sont dorlotées entre des mains expertes, même les 16 octobre.

Des projets plein la tête
Si on prend le temps (qui nous est déjà compté) pour vous écrire ces quelques lignes ce n'est pas pour nous gargariser des actions menées, l'heure n'est pas au bilan mais à l'action_! Des projets on en avait plein il y a 5 ans, certains se sont réalisés, d'autres pas. Des projets on en a et on espère en avoir encore plein d'autres à réaliser. Le fait est que nous sommes actuellement en train d'amorcer un nouveau projet, l'agrandissement du 21_! Un nouvel espace verra donc bientôt le jour à l'arrière de l'atelier vélo. Cet espace servira d'une part pour stocker du matos mais aussi et surtout pour l'organisation de réunions publiques, de débats, de projections, etc.

Beau projet nous direz-vous_! Oui en effet on est d'accord c'est un beau projet, mais vu l'état actuel de ce futur espace il va nous falloir nous remonter les manches, de la sueur (on espère pas de larmes) pour réaliser quelques travaux. Et c'est là que vous entrez en scène. Certes les coups de pattes sont bienvenus pour monter des parpaings, passer des coups de pinceaux ou des coups de balais, mais ce dont nous avons le plus besoin aujourd'hui c'est de caillasse, de maille, de flouze, de thune, etc. Car si nous avons beaucoup de projets, nous n'avons malheureusement pas forcément le compte en banque qui va avec. Comme nous ne faisons pas partie de cette infime part de nantis qui vivent sur le dos des autres, nous sommes pour la plupart obligés de nous salarier, de manière plus ou moins précaire (plutôt plus que moins en réalité) et nous ne pouvons supporter seul-e-s les frais pour les travaux.

Nous en appelons donc à votre générosité pour des dons, de préférence d'argent. Nous vous demandons des dons, pour continuer à vivre, à espérer et à lutter pour des jours meilleurs. En sommes on en appelle à la solidarité, valeur qui nous est chère_!

Dons en chèques ou en espèce à envoyer au 21, rue maillé 49100 Angers Chèques à l'ordre des Nuits Bleues avec mention au dos "dons travaux"

Contact: 

Horaires habituels d’ouverture : 
Mardi, jeudi, samedi : 11h - 19h Mercredi, vendredi : 11h - 17h45


dimanche 16 février 2014

5 ans !

Il y a cinq ans, au 21 de la rue Maillé, un nouveau local ouvrait ses portes. Le 21, abrite la Librairie associative, sociale et subversive Les Nuits Bleues ainsi qu’un atelier professionnel de réparation vélo et une association de promotion de la petite reine réunis sous le nom de La Tête dans le Guidon. Tout ce petit monde gravite autour du comptoir de La Tisanerie où thé et café réchauffent les espoirs communs.

Nous prenions alors le pari qu’il est possible d’offrir un lieu accueillant et ouvert sur la ville mais sans concessions quant à nos valeurs et idéaux d’autonomie et d’émancipation.

Depuis, nous avons tâtonné, ajusté, corrigé, expérimenté, à la recherche d’un équilibre précaire mais riche d’enseignements. Et voilà que nous sommes toujours là. La voix-off d’une émission de télé-réalité décrirait sans doute avec emphase notre quotidien comme une “formidable aventure humaine”. Plus prosaïquement, nous affirmons que mutualiser l’espace pour nos projets respectifs est une bonne occasion de pratiquer la solidarité au quotidien.

Considérez les quelques activités de ce programme comme une manière maladroite mais sincère de vous remercier, en même temps qu’une invitation à continuer de nous soutenir. Enfin, si vous ne nous connaissez pas, voici une bonne occasion de découvrir le 21.

Mardi 25 février, 20h30, conférence-débat
Rarement l’Histoire aura entretenu une image aussi négative d’un personnage universellement connu : Attila. Le “Fléau de Dieu”. On oublie souvent que chef de guerre et fin stratège, il fut aussi toute sa vie un diplomate avisé et l’indéfectible ami du général romain Aetius. C’est cette histoire qu’évoquera Jean-Pierre Tusseau, auteur du livre L’affaire Attila.

Dimanche 09 mars, 15h, glouglou-joujou
Le Maine-et-Loire est limitrophe de huit départements. Peine-et-Gloire est une épreuve qui a pour but de tous les rejoindre à vélo. Ce dimanche, c’est la remise des prix ! Même (surtout) sans avoir participé, venez admirer les plus beaux mollets qui soient. Vous pourrez aussi pédaler grâce à Cyclo Geek ! Éternelle lanterne rouge, risée du peloton, l’équipe Cyclo Geek décide, de se reconvertir. Pour sa survie, elle se voit forcée de proposer un entresort mêlant jeu vidéo et cyclisme d’appartement. Par binômes, vous aurez une minute et demi pour tenter d’emporter la victoire !

Mercredi 12 mars, 20h30, conférence-débat
Créé en 2000, Vinci est vite devenu un des leaders mondiaux des BTP : autoroutes, voies ferrées, industrie nucléaire et aéroports, dont le projet de Notre-Dame-des-Landes. Vinci incarne le capitalisme moderne : discours de façade sur l’écologie et la place de l’humain dans l’entreprise, etc. Cela masque mal des pratiques de prédateur : exploitation de la précarité, proximité avec le pouvoir et quelques ennuis devant les tribunaux. Nicolas de la Casinière viendra nous présenter son ouvrage aux éditions Libertalia : Les prédateurs du béton, enquête sur la multinationale Vinci.

Jeudi 20 mars, 20h30, vidéo-projection
Bernard, ni dieu, ni chaussettes, P. Boucher, 2010
Sur les bords de la Loire, Bernard, 73 ans, cultive en bon-vivant sa vigne et ses amitiés. Il est un gardien de la mémoire, celle de Gaston Couté, poète local de la Belle-époque. Les deux hommes partagent des idées libertaires et la volonté de témoigner sur la condition paysanne des plus humbles.

Samedi 29 mars, 18h, glouglou-blablabla
Apéro de soutien au 21. Comme les oeufs, les temps sont durs, qui plus est, nous nourrissons de grands projets pour le futur.

Samedi 29 mars, 20h30, vidéo-projection
Parpaillon, L. Moullet, 1993, 85 mn.
Chaque année, dans les Alpes, une kyrielle de cyclistes en tous genres montent le Mont Parpaillon (2632 m.). C’est l’occasion de passer en revue la société humaine et ses tics. Un film à la marge, drôle et très décalé.


Toutes les activités sont à prix libre
et se déroulent au 21, rue Maillé, 49100 Angers.

chezle21.blogspot.com
lesnuitsbleues@riseup.net
contact@latetedansleguidon.net

Horaires habituels d’ouverture :
Mardi, jeudi, samedi : 11h - 19h
Mercredi, vendredi : 11h - 17h45

dimanche 13 octobre 2013

Syndicalistes et libertaires Une histoire de l’Union des travailleurs communistes libertaires (1974-1991)

En 1976, un groupe de jeunes ouvriers fonde l’Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL).
Adeptes du syndicalisme d’action directe, ils se trouvent rapidement engagés dans la résistance au recentrage de la CFDT. Survivant à la glaciation des années 1980, l’UTCL lie son destin à cette gauche CFDT qui, fidèle à l’esprit de Mai 68, engendrera les syndicats SUD.
Des grandes grèves de 1974 à l’irruption des coordinations de grévistes en 1986, raconter l’histoire de l’UTCL, c’est avoir en toile de fond une tranche d’histoire du mouvement ouvrier.



vendredi 11 octobre 2013

La piraterie en Somalie


Les Nuits Bleues, Itinéraire Sud et L'Etincelle vous proposent une discussion autour de la piraterie en Somalie à l'occasion de la sortie du livre "Frères de la côte, Mémoire en défense des pirates somaliens, traqué par toutes les puissances du monde" aux éditions L'Insomniaque.

Avec les auteurs du livre nous discuterons autour de ceux que les médias occidentaux présentent comme les "pirates somaliens" et ceux qui se considèrent comme des "gardes côtes". On reviendra sue les causes de ces attaques, et leurs organisations, ainsi que sur la réponse juridique et militaire des grandes puissances économiques.

Vendredi 18 octobre, 20h30, L'Etincelle, 26 rue Maillé, Angers.

jeudi 26 septembre 2013

L'Oeil d'Or


Un bon paquet de bouquins vient de déferler dans la librairie. Pas mal de réassort mais aussi des nouveautés. Parmi elles, quelques livres des éditions de L'Oeil d'Or. On appréciera les ouvrages de Mark Twain, avec entre autres "Les aventures d'Huckleberry Finn", le grand classique qui a sûrement donné à tout-e lecteur/ice l'envie de descendre un grand fleuve en radeau. Cette maison d'édition soigne particulièrement la présentation en mettant à l'honneur les gravures, que ce soit pour les couvertures ou les illustrations, un peu dans la tradition des éditions d'aventures pour enfants de la fin du XIXème / début XXème siècle. Sans mauvais jeu de mots, venez jeter un oeil à la librairie.

mardi 4 juin 2013

"Nous Sommes et nous resterons"

Le «21», local associatif comprenant une librairie associative, un espace tisannerie ainsi qu’un atelier de réparation de vélos a pour la seconde fois été attaqué en une semaine (arrachage d’affiches, destruction de la plaque).
Dans la même nuit, de mercredi 29 mai au jeudi 30, deux autres lieux alternatifs de la rue tels que l’Étincelle et le «Slip » furent aussi victimes des fascistes (Croix gammées et signature GUD), les Restaurants du Cœur eux se virent déshonorés par une croix celtique. Le matériel urbain (horodateurs, panneaux, boîte aux lettres, etc. ) et les habitations voisines se sont également fait peinturlurer.
Dans la même nuit des autocollants du Mouvement Identitaire et du FNJ ont été apposés sur nos locaux et dans le voisinage.
Depuis quelques temps, les déprédations commises par ces personnes se multiplient : vitres brisées, autocollants, ...


La librairie Les Nuits Bleues est une librairie de Classe. Lieu unique sur Angers voire le grand Ouest, les membres qui l'a font vivre sont des militant-e-s syndicaux de diverses organisations, de groupes politiques, d’associations diverses.
Nous considérons être attaqués car nous vendons des livres sur l’Histoire sociale, de la littérature prolétarienne, sur les luttes syndicales, le féminisme, d’analyse sur les rapport Nord-Sud, etc.
Par ailleurs, nous sommes fier-e-s de permettre à des organisations locales telle que Lutte Ouvrière, Alternative Libertaire, L’Anjou laïque d’y déposer leurs revues. D’autres, telle qu’Emancipation (tendance intersyndicale de l’éducation), Syndicaliste (tendance de la CGT), la Révolution Prolétarienne, l’Union Pacifiste, etc. peuvent y trouver refuge.
Nous faisons le choix de la variété, de la diversité, pour diffuser des idées qui tendent vers l'Emancipation.


Plus largement ce brassage, ce mélange permet d’échanger entre membres d’organisations diverses tel que nous le faisons actuellement avec notre cycle sur le syndicalisme-révolutionnaire (le 8 juin à 14h avec le Courant Syndicaliste Révolutionnaire).
L’attaque que nous venons de subir, certes encore minime, est dans l’ordre des choses avec cette extrême-droite qui, en ce moment, prend la rue. Nos rues sont polluées par leurs affiches et autocollants, par les provocations physiques, les veillées du mercredi soir sur La Place du Ralliement, les pitoyables Hommen, la procession religieuse dans l'espace public des groupes les plus intransigeants des catholiques avec la Fraternité saint-Pie X, etc.
Ce sont les mêmes qui cherchent en public la respectabilité la plus obséquieuse mais qui nous prouve encore une fois que « la civilisation » qu'ils et elles se targuent de défendre n'est qu'une resucée fasciste. Ce sont les mêmes qui se réclament de l’Ordre le plus dur mais pour les autres ; ce sont les mêmes qui font les actions les plus extrêmes en se prenant à des locaux étiquetés à gauche (comme par exemple au Lenin café à Chalonnes/Loire, le local de Solidaires étudiant-e-s à la fac de lettres). Pire ce sont les mêmes qui commencent à s’en prendre à des individus en fonction de leurs orientations sexuelles. Ils se rêvent tel Roland à Ronceveaux, mais ne sont que les avortons les plus lamentables du capitalisme et du fanatisme religieux.
Nous n’attendrons pas, en les paraphrasant, en tendant l'autre joue, comme dans certaines villes, où des militant-e-s se sont fait agresser sexuellement, tabasser (Tours, Limoges, Lyon, etc.). Les menaces et les intimidations ne prennent pas. Les points sur les "i" viendront en temps et en heure.


Ce texte/communiqué est adressé à notre liste de sympathisant-e-s, aux organisations syndicales et tendances, partis, associations, individus ; nous les convions à être vigilant-e-s ; à faire circuler ce texte et à réagir fermement.
Notre patience est arrivée à sa limite.


De Gauche, de Classe, Syndicaliste, Libre-penseuse, Féministe, Internationaliste, nous le sommes, nous le resterons.


La Librairie Les Nuits Bleues


ci-joint quelques liens internet :


La Librairie associative Les Nuits Bleues, 21 rue maillé : http://lesnuitsbleues.blogspot.fr/ ;
L'atelier la Tête dans le Guidon, 21 rue Maillé : http://latetedansleguidon.blogspot.fr/ ;
pour aller plus loin :
‎site syndicaliste, http://www.visa-isa.org/









dimanche 12 mai 2013

Jeudi 16 mai - 20h30 - Histoire du mouvement ouvrier en Anjou


D’une guerre à l’autre, le mouvement ouvrier angevin de 1914 à 1945 : lutte de classe et collaboration de classe pendant la “Grande guerre”, réformistes et révolutionnaires après octobre 1917, le Front populaire et ses implications, pacifisme et résistance entre 1940 et 1945. Intervention de Frédéric Dabouis, enseignant à la retraite, militant du NPA 49.

vendredi 5 avril 2013

Jeudi 11 avril - 20h30 - à la librairie Femmes et syndicalisme




Christiane et Monique(55MN)

Projection de documentaires de Carole Roussopoulos. Il y a 40 ans avait lieu la lutte emblématique de
LIP. Les deux courts-métrages de Carole Roussopoulos sont l'occasion de rappeler que si les LIP ont su se passer de patron, les inégalités et discriminations entre femmes et hommes ne disparaissent pas pour
autant.

vendredi 22 février 2013

Les Nuits Bleues - Cycle sur le syndicalisme



Syndicalismes: hier, aujourd'hui, demain


Cycle de conférences, débats, projections, sur le syndicalisme, son histoire, ses pratiques, son avenir, etc.





Dans une société capitaliste où le travail est en pleine mutation, le syndicalisme est-il en capacité de contrer les attaques de la bourgeoisie contre les travailleurs et les travailleuses? Quels outils sont susceptibles d'inverser le rapport de force et permettre une réelle émancipation de la classe des exploité-e-s et de mettre fin à toutes les oppressions?

C'est en puisant dans l'histoire du syndicalisme, mais aussi dans ses combats actuels et futurs en invitant différent courant du syndicalisme à débattre et à présenter leurs idées et leurs pratiques que nous souhaitons développer la réflexion sur cette thématique.




Programme  


Jeudi 14 mars - 20h30 - à la librairie

Une histoire de la grève générale de la Commune au Front Populaire (60mn)

L’histoire méconnue de la plus belle idée du syndicalisme révolutionnaire français, à travers les actes qui ont marqué cet âge d’or et ont abouti aux conquêtes sociales qui fondent le monde du travail d’aujourd’hui.

Jeudi 11 avril - 20h30 - à la librairie

Christiane et Monique(55MN)

Projection de documentaires de Carole Roussopoulos.
40 ans après, la lutte de LIP représente encore chez beaucoup de militants et de militantes une expérience de lutte autogestionnaire particulière. Les deux courts-métrages de Carole Roussopoulos sont l'occasion de rappeler que si les LIP ont su se passer de patron, les inégalités et discriminations entre femmes et hommes ne disparaissent pas pour autant.
Ce sera l'occasion de lancer un débat sur la place des femmes dans le syndicalisme d'hier à aujourd'hui.

Jeudi 18 avril- 20h30 - à la librairie

Syndicalisme, que reste t-il de la double besogne?

Le syndicalisme est bien au départ le regroupant des travailleurs et des travailleuses sur une base de classe pour défendre leurs intérêts face aux patrons. Mais dès sa création il a porté aussi des revendications pour un bouleversement de la société capitaliste. Que reste t-il aujourd'hui de cette "double besogne" définit par la Charte d'Amiens en 1906? Comment jongler entre revendications concrètes pour les salariés et volonté de transformation sociale?
Des militant-e-s des syndicats SUD viendront débattre de ces questions.

Jeudi 16 mai - 20h30 - à la librairie

Histoire du mouvement ouvrier en Anjou

D’une guerre à l’autre, le mouvement ouvrier angevin de 1914 à 1945 :
lutte de classe et collaboration de classe pendant la “Grande guerre”, réformistes et révolutionnaires après octobre 1917, le Front populaire et ses implications, pacifisme et résistance entre 1940 et 1945.
Intervention de Frédéric Dabouis, enseignant à la retraite, militant du NPA 49

Samedi 8 juin- 14h - à L'Étincelle (26 rue Maillé)

Actualités du syndicalisme révolutionnaire. Quelles perspectives?

Discussion animée par les Comités Syndicalistes Révolutionnaires, tendance intersyndicale se réclamant du syndicalisme révolutionnaire historique regroupant des membres de la CGT, de SUD et de la CNT.
Des militant-e-s animeront cette discussion, présenteront leur expérience et les perspectives de l’action syndicale actuelle.


Vous trouverez le fly pour le cycle ici! et sur le blog de la librairie 

mercredi 19 décembre 2012

Merci

Tout d'abord un grand merci à celles et ceux qui se sont donnés la peine de venir boire un coup pour le tirage de la tombola vendredi dernier... même ceux arrivés après l'heure pour cause de tracteur en panne !
 Bien entendu tout nos remerciements vont également à tous ceux et toutes celles qui ont filé de la thune. Cette tombola servira à aider des grèves ou des luttes que l'on aime bien, sans doute sur des mots d'ordres et des fonctionnements de luttes qui nous sont précieux. Plus de 400 euros quand même pour créer cette caisse de Solidarité. Notez que vous pouvez toujours filer du fric pour cette caisse, vu que certainEs ont du avoir dû mal à se réveiller, on a encore eu des thunes hier.
Si la plupart des lots ont trouvés leurs destinataires -parfois au grand dam de certaine, hein Nath- il reste quelques lots à venir chercher au 21 :
-Thomas Poivet, tu as gagné un tee-shirt !
-Thomas Boutreux, tu as gagné deux superbes bols en céramique  !
-Grand Ju, tu as gagné une Kronembourg (sisisi...) et une paire de pédales MKS !


Aux Nuits Bleues, nous avons reçu une palanquée de nouveautés. Les Talents Hauts -livres anti-sexistes- pour les mômes et les ados sont de nouveaux disponibles mais aussi celui de "mother Jones" cette petite vieille qui a plus de 80 balais crapahutait dans les torrents de montagnes pour organiser des grèves chez les mineurs des USA, une de celles qui a organiser les manifs des ménagères et surtout les manifestations des enfants et qui pu obtenir dans certains états d'Amériques du nord que les gamins n'aillent plus aux turbins dès 6 ans pour quelques cents par jours (avant ils n'étaient pas payés...).
Des romans sociaux divers ou variés comme Tue ton Patron, volume 2 ; des BDs, des livres d'histoire.
Peut-être pour vous donner l'eau à la bouche, aiguiser votre curiosité, nous avons dorénavant un blog en parallèle (voir dans les liens dans le coin à droite ou ici) qui recense des critiques de livres parues à droite ou à gauche, mais vous pouvez également postez des commentaires dithyrambiques ou assassins ou encore nous envoyer par mail des critiques de livres, revues que l'on propose à la vente.
Certains livres ne nous sont pas parvenus après une commande fin novembre à Pollen Distribution ; votre réparateur de chambre à air préféré nous en avaient commandé quelques exemplaires pour les proposer, ce sera sans doute partie remise à Janvier. Si pour mamie, fiston où je ne sais qui, vous avez du mal à choisir, pas de problème passez vite jusqu'à samedi. La semaine prochaine et jusqu'au 03 janvier, le 21 est en vacances.

lundi 3 décembre 2012

Discussion autour de l'autonomie ouvrière en Italie durant les années 70

Vendredi 7 décembre à partir de 20h00 – Entrée Libre


Du milieu des années 1960 à la fin des années 1970, l’Italie a connu une période très forte d’insubordination ouvrière. Ces mouvements remettaient en cause aussi bien le capitalisme, l’ordre usinier que le bureaucratisme syndical. A Porto Marghera près de Venise, le comité de la Montedison (usine chimique) ne s’est pas contenté de lutter dans l’usine pour des augmentations uniformes des salaires et la réduction des cadences ; il a gagné la rue, s’emparant des questions du logement, du transport et, déjà, des nuisances chimiques qui touchaient toute la population locale et pas seulement les travailleurs. Pour évoquer cette page d’histoire aux résonances très actuelles, nous accueillerons Antoine Hasard, traducteur du livre « Pouvoir ouvrier à Porto Marghera – Du comité d’usine à l’assemblée de territoire (1960-1980) » (Les Nuits rouges, 2012).



mercredi 7 novembre 2012

Vendredi 30 novembre 2012 à 20h30

Gauchisme ? Trotskysme ? Conseillisme ? Bordiguisme ?
C’est quoi tout ça ?

Débat autour des écrits et actions de la Gauche communiste internationale

Extraits du film sur le militant communiste G. Munis : La voz de la memoria

Interventions d’Yves Coleman (Ni patrie ni frontières) et de Michel Olivier, auteur d’ouvrages sur la Gauche communiste

Entrée libre et gratuite

Quelques textes de G. Munis

Préface du livre de Michel Olivier "Les années ter­ri­bles (1926-1945) La Gauche ita­lienne dans l’émig­ration, parmi les com­mu­nis­tes oppo­si­tion­nels" qui paraîtra le 15 novembre 2012.

jeudi 25 octobre 2012

Tombolistes de tous les pays, unissez-vous !


Cela va bientôt faire quatre ans que le “21” est ouvert. Si nous avions compté sur nos seules forces, nous aurions du surmonter bien plus d’obstacles dans la réalisation du projet. En plus du soutien moral et physique, nous avions sollicité votre soutien financier pour effectuer les travaux et réunir de quoi payer les premiers loyers. Ce soutien a été déterminant. La preuve en est, nous sommes toujours là. Encore merci.

Juste retour des choses, il est maintenant temps que d’autres profitent de notre solidarité.

Cet été, une grève des mineurs particulièrement longue et conflictuelle a eu lieu en Espagne dans la région des Asturies. Exemplaire par leur détermination et leur force collective, les acteurs/rices de ce mouvement méritaient notre soutien. Nous avons cherché à collecter des fonds localement afin d’apporter une aide matérielle aux mineurs et plus largement à leur entourage très impliqué dans la lutte. L’argent c’est le nerf de la guerre mais, faute d’une structure locale établie et d’un fond existant, la lutte s’est éteinte avant que nous ayons pu faire quoi que ce soit. Nous tirons les conséquences de cet échec. C’est pourquoi nous mettons actuellement sur pied une caisse de solidarité pour les conflits sociaux à venir que nous ne manquerons pas de vouloir soutenir.

Afin de lancer cette initiative et d’alimenter cette caisse, que nous gérerons collectivement au “21”, nous vous invitons à participer à une grande tombola avec plein de lots !

Tirage le vendredi 14 décembre à 20h30 au 21, rue Maillé.

Vous pouvez d’ores et déjà acheter les tickets en passant au “21”. "Pour celles et ceux qui sont plus loin vous pouvez toujours nous envoyer des dons pour cette caisse de solidarité par chèque à l'ordre de "Eclipse".

1 ticket > 2 euros.
3 tickets > 5 euros
7 tickets > 10 euros

Entre autres choses, il y aura à gagner :
-Un kit de conversion pignon fixe (roue Halo Aerowarrior chromée + pignon + contre-écrou) ou au choix une roue à moyeu dynamo Shimano avec éclairage Busch & Muller avant et arrière -Une selle Brooks
-Une paire de pédales MKS
-Un guidon Nitto Bull-Horn ou, au choix, une petite sacoche de guidon Ortlieb
-Un lot de livres
-Des tisanes et autres thés.
-Pleins d’autres lots !

On postera des photos des lots et une liste plus précises bientôt pour vous donner l’eau à la bouche !

mardi 9 octobre 2012

D'égal à égales le 19 et 20 octobre prochain


C'est reparti pour la deuxième édition du festival d'Égal à Égales à Angers les vendredi et samedi 19 et 20 octobre prochain. Pour celles et ceux qui ne le saurait pas encore le festival d'Égal à Égales est un regroupement d'associations, de syndicats et d'organisations politiques qui a pour objectif de se rassembler, s'informer, discuter autour des thèmes du féminisme, de l'antisexisme, de l'antipatriarcat et de la lutte contre l’homophobie... De l'égalité pour toutes et tous ! 

La librairie Les Nuits Bleues tiendra une table de presse durant tout le week-end avec de nombreux ouvrages sur les questions de genre, le sexisme, le féminisme, la sexualité, des livres pour enfant anti-sexistes, etc. 

Le programme détaillé ci-dessous(cliquer sur l'image pour voir apparaître le programme) :


Pour plus d'informations rendez-vous sur: http://degalaegales.blogspot.fr/

vendredi 5 octobre 2012

les nouveautés des Nuits Bleues


Tout plein de livres, de Bd, de revues nous sont arrivés ces derniers temps. Chez les BD la série "Ermo" sur les pérégrinations d'un môme pendant la Révolution en Espagne ; du même auteur Bruno Loth "Apprenti" et "Ouvrier". Chez Vertige Graphic une petite (sic ! plus de 250 p. à chaque tome) "Histoire du monde Moderne" de Larry Gonick  mais aussi de Dave Sim une colossale (une bd de 600 p.) histoire de Cerebus intitulé "L'Eglise et L'Etat" (volume 1). Sans oublier, copinage assumé, L'enfant qui riait tout le temps.

De l'auteur de "La Guerre du Feu", nous proposons une réédition de "La Vague Rouge" un roman social retraçant les sanglantes grèves de "Draveil-Vigneux" de 1908. Aux Editions du Murmure "Sexe, Opium et Charleston" ; "Pour l'Education Populaire" d'Hugues Lenoir ; d'Eric Hazan "Une Histoire de la Révolution Française". Nous avons également reçu de chez Ravage Editions : "Angry Brigade, éléments de la critique anarchiste armée en Angleterre".

Chez les revues, peu de nouveautés par contre, hormis "Lutte de Classe" revue de Lutte Ouvrière; Offensive revue de l'OLS ; Mediacritique(s) magazine trimestriel de l'association ACRIMED et La Voix des Sans-Papiers (bulletin n°9 du Mouvement et des collectifs de lutte autonomes).

Bien entendu nos éditeurs favoris sont présents dans nos rayons : L'Echappée, La Fabrique, Smolny, Editions Libertaires, le Monde Libertaire, etc.

A noter que nous serons aux journées d'Egal à Egales les 19 et 20 octobre aux salons Curnonsky. A retenir par ailleurs que nous accueillerons le 26 octobre Thierry Lodé pour une causerie autour de son livre sur la biodiversité amoureuse au sein du monde animal.

vendredi 17 août 2012

Musique et théâtre


On compte sur votre présence pour le petit concert/théâtre que le "21" propose le mardi 18 septembre à 20h. Au programme il y aura Flo Mekouyenski (chanson acoustique core !? de Grrrrrrenoble) et Bocs (anarcho-théâtre d'ombres core (!?) aussi et aussi de Grrrrrrrenoble). Il faudra être à l'heure parce que tout ça na va pas durer des heures ! L'entrée sera à prix libre.

 Il est à souligner que ce sera une "co-production" avec La Conserverie "hors-les-murs", histoire de rappeler que c'est pas parce qu'ils/elles n'ont plus de local que le projet est au point mort.

jeudi 2 août 2012

Entre deux siestes


Le facteur est passé entre deux de nos siestes pour déposer une petite commande estivale. Point de gros best-sellers soporifiques à lire consommer sur la plage et a oublier aussi vite. Il y a un poil de littérature et, comme il se doit, des ouvrages critiques d'hier et d'aujourd'hui. Pour aller vite, je vais parler un peu comme un boucher à son étal, ce ne sera guère délicat mais vous comprendrez vite. En vrac, il y a "du" Reclus, du Thoreau, du Stevenson, du Blanqui et puis des bouquins sur des thèmes aussi variés que le situationisme, le sport, les traditions, les questions de genres, les guerres coloniales, tout ça chez L'Echappée, les Editions Libertaires, Amsterdam, Le Bord de l'Eau, La Fabrique et j'en passe...

Ah oui, la librairie est ouverte de manière très aléatoire en ce mois d'août. Retour à la normale à la mi-août.

Ha oui, pour la rentrée nous avons programmé une petite soirée : un concert acoustique et un petit théâtre d'ombres. Ce sera le 14 septembre. Plus d'infos à venir très vite ici-même !

jeudi 17 mai 2012

Danger

Le 21 et Bibliographik vous convient, samedi 19 mai à 19h à boire un coup pour fêter la sortie du premier numéro du fanzine graphique Danger. Plutôt simple, non ?

lundi 16 avril 2012

Histoire du syndicalisme enseignant - Jeudi 10 mai 20h


Le jeudi 10 mai prochain, à 20h, les Nuits Bleues vous invite à une conférence/débat sur l'histoire du syndicalisme enseignant. Cette conférence sera animée par Loïc Le Bars, enseignant à la retraite et historien, auteur notamment d'un ouvrage sur La Fédération Unitaire de l'Enseignement, aux éditions Syllepse.


La naissance du syndicalisme dans l’enseignement primaire

Les instituteurs sont les premiers fonctionnaires, avec les postiers, à avoir créé des syndicats à un époque où ce droit leur était refusé. Les gouvernements avait toléré et parfois encouragé, dans les toutes premières années du 20ème siècle, la fondation d’amicales et leur regroupement dans des fédérations qui, comme dans l’enseignement primaire, rassemblaient une majorité du personnel. Mais il était hors de question d’accorder le droit syndical aux « serviteurs de l’Etat » et plus encore de les voir rejoindre la CGT. Pourtant, une petite poignée d’instituteurs et d’institutrices, qui dès le début occupèrent toute leur place dans ce combat, osèrent braver cette interdiction peu de temps après l’apparition du mouvement amicaliste. Ce fut là leur premier recours à cette « l’action directe » dont ils allaient bientôt se réclamer.
Le syndicalisme enseignant naquit au moment même où le syndicalisme révolutionnaire triomphait dans la CGT. Les premiers syndicats d’instituteurs furent en effet créés en 1904 et se regroupèrent l’année suivante dans la Fédération nationale des syndicats d’instituteurs (FNSI). Leurs fondateurs étaient souvent de sensibilité libertaire et proclamèrent leur volonté de rejoindre les Bourses du travail et la CGT « pour y prendre de belles leçons de vertus corporatives et y donner l’exemple de notre conscience professionnelle » (Manifeste des instituteurs syndicalistes publié en novembre 1905). Car ils étaient convaincus que, « par leur origine, par la simplicité de leur vie » et parce que c’était « aux fils du peuple qu’ils étaient chargés d’enseigner », les instituteurs appartenaient au peuple. « C’était donc au milieu des syndicats ouvriers » qu’ils voulaient prendre « connaissance des besoins intellectuels et moraux du peuple. » Comment, dans ces conditions, ces pionniers, isolés dans une masse jugée « profondément rétrograde », aurait-ils pu ne pas devenir syndicalistes révolutionnaires ? Mais ils surent aussi adapter cette doctrine à leur condition de fonctionnaires et à leur rôle d’éducateurs du peuple. Leur syndicalisme révolutionnaire fit la part belle à ce « refus de parvenir », pour reprendre la formule d’Albert Thierry, qui n’est pas seulement un modèle de comportement individuel mais bien plus profondément une expression de leur volonté de mettre l’école « au service de la classe ouvrière ».
Ces pionniers étaient peu nombreux, mais ni les menaces, ni la répression gouvernementale ne purent les convaincre de faire marche arrière et l’adhésion de la FNSI à la CGT devint effective en 1909. Parmi eux, quelques jeunes instituteurs et institutrices du Maine-et-Loire, qui, à l’initiative notamment de Louis et de Gabrielle Bouët, donnèrent naissance, le 17 novembre 1904, à un syndicat qui allait jouer un rôle parfois décisif dans la FNSI.